Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pluie sur la Manche à Mers les Bains. Photo Jack Guerrier 2020.

 

Tranchées

Je suis allé aux Éparges en Meuse dans la Woëvre,

J’ai vu les trous d’obus et les grands entonnoirs,

J’ai vu les sillons et les traces des tranchées,

J’imaginais la terreur des combattants,

Colline transformée en un crâne éclaté,

Le sifflement des balles le tonnerre des bombes,

l’odeur du sang de la merde de la ferraille,

les arbres ébranchés les branches cuites et noires.

J’imaginais les corps blessés tordus percés,

Les gémissements les plaintes les hurlements,

Tous ces hommes à demi-fous tenant la colline.

Le point C le point X sur la crête meurtrie,

les assauts des deux camps français et allemand,

St-Rémy-la-Calonne, Trésauvaux, Braquis

St Mihiel, Verdun, Etain, villages sous le feu ;

Les réseaux souterrains couraient sous la Woëvre

l’abri du Kronprinz Guillaume de Hohenzollern

Commandant des hussards à tête de mort

Gîtait près du village Combre-sous-les côtes.

Dans les tranchées refleurissent les anémones,

Dans les champs de blé rebleuissent les bleuets.

La plaine de la Woëvre recèle encore des corps,

Les suppliciés ennemis mêlés à la terre.

Au printemps ressurgissent les coquelicots.

© Jack Guerrier 2020. In Entrevues derrières les orées. Tous droits réservés.

Tag(s) : #Guerre 14-18, #Éparges, #Meuse, #Verdun, #Woëvre, #poésie, #Jack Guerrier, #blog lelivreursolitaire, #Photo, #Manche

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :